Menu
About Henri

Henri started out as a street photographer. His inspiration came from the streets, parks and public transit of Montreal, Paris, Morocco. His first major exhibit, "il fait aussi beau en arriere" was the culmination of these initial adventures.

Digital photography gave Henri a fresh medium to release his creative energy. He surrounded himself with a new generation of image-makers and visual thinkers. His next breakout show, HAUTE TENSION was fuelled by a growing social consciousness combined with the spirit of these rule breakers.

With the AND :: DNA  collection he expanded his exploration into image manipulation. Selective reflections and defiant modifications of his traditional photographs exploded into a refreshing perspective on how visual language functions.

The way the mind interprets a painting; a sculpture or a photograph is at the heart of his fascination and inspiration. He is happiest creating pictures that will expand a viewer's perception.

Henri welcomes your thoughts, opinions and reactions to his work. He is always eager to discuss future exhibitions, commissions and collaborations. Introduce yourself directly with this email address: info@henrihadida.com.

 

I want to thank Ben Welland of Byfield Pitman Photography for these kind words:

The arc of Henri Hadida's photography career strikes me as being peculiar, but only because it is the Benjamin Button opposite to the direction that my photographic career has taken. When I was in my 20's, I created multiple exposures and used long shutter speeds to paint with light, producing expressionistic and vividly colourful abstracts on the urban streets. I figured that someday I'd grow up (photographically speaking) and create classic street photographs in black and white. You know, real art photography. Henri, on the other hand, with a seeming effortlessness, picked up some black and white film and a camera when he was in his 20's and photographed the world around him with a visual maturity and compositional mastery that's associated almost exclusively with very old and very famous street photographers. The big names. The "other" Henri even. Meanwhile today, at the ripe old age of whatever he is, he experiments with streaky streetlights and the loudest colour palette you'll see coming out of a photo-based artist over 40. You're an enigma monsieur Hadida. Thanks for keeping me young.

 

Le photographe de rues Canadien Henri Hadida a commencé dans les années 70, avec pour tuteur, le documentariste Robert  Del Tredici, disciple d'Henri Cartier Bresson.
L'inspiration d'Henri lui est venue des transports en commun, des parcs et des rues de ses villes favorites : Montréal, Paris et New York. Sa première exposition, ´´ Il fait aussi beau en arrière ´´ fut l'aboutissement  de l'enseignement de Del Tredici.

Vingt ans plus tard, la photographie digitale a donné à Henri un nouveau départ ainsi qu'un médium pour libérer son énergie créative. Il s'est entouré d'une nouvelle génération de faiseurs d'images et de penseurs visuels photo-réalistes. Une conscience sociale croissante ainsi que l'esprit d'une jeunesse enfreignant les règles ont alimenté HAUTE TENSION, qui devint une nouvelle évasion.

Avec les séries DNA-ADN, l'exploration d'Henri dans la manipulation de l'image s'est beaucoup développée. Des réflexions sélectives ainsi que des modifications à l’encontre de sa photographie traditionnelle ont explosé , offrant un regard rafraîchissant quant aux fonctions du langage visuel

L'interprétation subconsciente de l'esprit envers une peinture, une sculpture ou une photographie est au cœur même de son inspiration. Il est particulièrement heureux lorsqu’il crée des images qui élargiront la perception de la réalité de l'observateur.

 

 

Je veux aussi remercier Raphaël Lévy pour les commentaire qui suivent.

Réflexions sur l’œuvre de Henri Hadida, par Raphaël A. Lévy, cinéaste, peintre, romancier

Entrer dans l’œuvre d’HH, c’est voyager dans un univers à facettes multiples mais au dénominateur commun : celui de notre monde unique dans la diversité de ses saisons et de ses humeurs.

On ne voit bien qu’avec le cœur ( Le petit Prince, Antoine se Saint-Exupéry)

De la saisie du mouvement, à celle de l’atmosphère, ou l’âme du musicien et du chanteur, HH nous fait voir et entendre avec le cœur.

L’importance du détail

Ce qui défile sous nos yeux, au quotidien, et qui nous semble insignifiant, soudain nous fait traverser le portail nous menant dans l’architecture de l’infini. Le minimalisme des détails de certaines photos plonge dans la réflexion.

 

Il fait aussi beau en arrière

J’entends le poète Paul Verlaine murmurer :

Le ciel et par-dessus les toits

Si bleue, si calme...

Un arbre par-dessus les toits.

Berce sa palme.

Beautés cachées, en arrière, au dessus, au-dessous, tout près de nous. Ouvrons l’œil, la beauté, l’humour, la sérénité, ne sont pas uniquement devant nous. Ainsi, ce rétroviseur de bus, cette arrière-cour, ce petit jardin, ces échelles, ces ombres et lumières... Tout respire le sérénité et encore ce souhait de Lamartine Ô temps suspend ton vol. La caméra de HH, je dirais l’œil du photographe effleure humblement ces symboles oubliés que sont les tapis de feuilles d’automne, toute la paix du monde contenue dans l’innocence d’un enfant endormi.

Haute Tension...

Quand la ville et ses rues, (un corps et ses artères) sont défigurées et malmenées par des câbles, des chaines, sous le ciel criant d’impuissance. Quand des poteaux supplantent et piègent parfois les arbres... Pauvre piéton qui lève la tête... Pour peu, il risquerait de se sentir pris dans une jungle de toiles d’araignées tissée par l’homme. Haute Tension, oeuvre de l’homme dont les connaissances et les nouvelles technologies pourraient pallier à ces monstruosités.

DNA

Tel un violoniste qui ne se priverait pas d’exercer sa virtuosité en tirant de ses cordes et de son archet des sons (firmament), HH crée un langage kaléidoscopique nous plongeant dans des abysses architecturales, insoupçonnées. L’étrange, le terrifiant, côtoient le rassurant, le confortable et le sublime... Et même la musique, la danse et la poésie.

Scapes

Et ce parcomètre, apparemment banalement planté sur un trottoir, mais que l’on pourrait confondre avec une sentinelle montant la garde devant une porte de prison... Cette entrée de Tribunal aussi effrayante qu’une bouche béante de monstre affamé, prête à avaler le passant qui aurait la malchance de s’y approcher.

Abstractions, vous avez dit abstractions?

Et ces prises surréalistes, tableaux abstraits certes, mais que le photographe rend palpables et significatifs pour peu que l’on s’en donne la peine.

 

Copyright Notification
NO MATERIAL WITHIN THIS SITE MAY BE COPIED, IN ANY FORM, FOR PUBLIC, PRIVATE, OR COMMERCIAL USE.

Copyright (c) year of capture or creation of image.
henrihadida.com
ALL RIGHTS RESERVED.

No part of any of the material on this website may be reproduced by any mechanical, photographic, or electronic process, or in the form of a photographic recording, nor may it be stored in a retrieval system, transmitted or otherwise copied for private, public or commercial use, disclosed, or redistributed, without prior written permission from Henri Hadida or an authorized representative of Henri Hadida.

 

 

 

 

Share TwitterFacebook